Section destinée aux professionnels des médias
BonjourQuebec.com
Incontournables
Parc national de l'Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé, Gaspésie, Québec,
 Pierre-Philippe Brunet © Tourisme Québec
Voici des idées de reportage couvrant les diverses régions du Québec. Cette section vous signale les attraits et les activités à ne pas manquer, bref, les incontournables du tourisme québécois. Pour demeurer à jour, vous pourrez, grâce à un système RSS, consulter les plus récentes nouvelles sur le Québec touristique.

Ces sujets de reportage ne correspondent pas à des tournées de presse. Vous devez donc planifier votre visite avec un représentant du ministère du Tourisme. Pour soumettre votre projet, cliquez sur Pour nous joindre. Un conseiller vous répondra!rss
Article
Il neige des oies

Oies blanches, © TQ/Heiko Wittenborn  Au printemps, les Québécois ont le nez en l’air. Ils surveillent l’arrivée des oies, ces oiseaux migrateurs facilement reconnaissables à leur formation de vol en V et à leur cri, qui clame le retour du beau temps.

Au total, ce sont des centaines de milliers d’oies qui font escale sur les berges du fleuve Saint-Laurent. Elles prennent une pause bien méritée avant de reprendre leur voyage vers le Grand Nord, ce qui représente un périple annuel de près de 4000 km!

Trois haltes de prédilection des oies blanches 

Il est possible d’observer les oies blanches dès la fin du mois de mars et jusqu'à la fin du mois de mai, et ce, dans différentes régions du Québec. Les trois haltes de prédilection des oies sont le lac Saint-Pierre, le Cap-Tourmente et la région de Montmagny.

Oies blanches, © TQ/Jean-Pierre Huard Avec ses 103 îles formant le plus important archipel du Saint-Laurent, le lac Saint-Pierre est la première halte migratoire printanière des oies blanches. Désigné « réserve de la biosphère » par l’Unesco en novembre 2000, ce territoire est demeuré à 90 % naturel et représente plus de 40 % des milieux humides du Saint-Laurent. La richesse de ses marais permet aux grandes oies des neiges de reprendre des forces avant de continuer leur long et périlleux périple vers le nord. De plus, sur la rive sud du lac Saint-Pierre, il est possible d’observer ces magnifiques oiseaux migrateurs le long de la route 132, entre Sorel et Nicolet, au centre d’interprétation de Baie-du-Febvre. Le site est équipé d’une tour ainsi que d’un tunnel d’observation de plusieurs mètres.

Autre plaque migratoire des oies des neiges, la réserve nationale de faune du Cap-Tourmente est un site d’observation par excellence. En effet, les oies s’y arrêtent aussi bien au printemps qu’à l’automne (avril-mai et septembre-octobre). Chaque année, des nuées d’oies blanches fréquentent les battures fertiles de ce site. Ce milieu naturel protégé depuis 40 ans abrite pas moins de 300 espèces d’oiseaux, 45 espèces de mammifères et 700 espèces de plantes, et il est très bien aménagé pour accueillir les visiteurs avec son réseau de 18 km de sentiers.

Oies blanches, © TQ/ Michel DompierreEnfin, la région de Montmagny, sur la rive sud, à l’est de Québec, s'anime dès le mois de mars pour devenir le centre d'une fête printanière. La population des oies ayant atteint près d’un million d’individus, la colonie prend alors ses aises sur les berges de Montmagny et sur les îles de son archipel. Un décor entièrement naturel où les oies blanches s’offrent à notre regard dans le cadre d’un spectacle haut en couleur.

C’est au printemps que les couleurs sont les plus belles. Pour en profiter, des balades nature sont organisées, au grand plaisir des ornithologues, des amateurs et des touristes. On peut aussi observer de grands rassemblements d’oies des neiges sur les rives du Richelieu, du lac Champlain, du lac Saint-Jean et en divers endroits le long du fleuve Saint-Laurent. C’est du grand spectacle.
Voir aussi